Partie Bataille Empire

Partie au club pour avancer sur la question de la jouabilité de l’armée autrichienne.Je joue 1809 armée du Danube.

Je joue donc autrichien avec les vieilles figurines du club. Les figurines de grenadiers représentent des conscrits et les lanciers sont juste des chevaux léger, il me manquait un point ! Hugo me prêtant les unités manquantes : landwehr, hussards hongrois et deux lignes allemandes. J’affronte ses polonais.

Le terrain est très asymétrique, avec sur les presque les deux tiers de la table une grande plaine encadrée par un bois épais, une petite colline douce et un grand labour. Et sur le dernier tiers, deux villages, Piekto et Zgon, bâtiments légers dans les deux cas, un grande colline douce, un bois léger.

Le carrefour et Piekto sont en milieu de table.

Hugo choisi de jouer de manière a bénéficier de la colline centrale. Nous tirons une Rencontre où je suis attaquant. Je choisi Zgon comme objectif défensif, le carrefour et la ligne de ravitaillement polonaise en objectif offensif. Hugo prend la colline comme objectif défensif, le village de Piekto et la petite colline dans ma zone de déploiement comme objectif offensif.

Il dispose en Engager sa division d’infanterie avec les canons de bataillon, renforcé de la batterie de 12 lv derrière la colline centrale. Je déploie en Manœuvre la division d’avant garde renforcée de l’artillerie a cheval de la cavalerie étendue sur l’arrière de Zbon et de la forêt. Ma grosse division d’infanterie rentrera au 2ème tour et la cavalerie au 3ème, en Réserve. Ma petite division d’infanterie rentrera au 3ème tour en Engager derrière la première, selon les circonstances, elle piquera sur le carrefour ou flanquera mon dispositif.

Tour 1

Je tire 1 PC avec le GeC et 1 PC avec le divisionnaire, tout deux pourtant compétents ! Anglais et Autrichiens même combat (voir le CR précédent). Les hussards seront donc les seuls à bouger, l’artillerie à cheval les accompagnant jusqu’à l’angle du bois. Hugo monte sur la colline et dételle l’artillerie de 12 lv en 2ème mouvement.

Tour 2

Hugo qui a pris l’objectif de la colline passe en Tenir.

J’avance les chevaux légers de l’avant-garde qui débouche de Zgon avec la 2ème batterie à cheval qui dételle à la sortie du village. Je décale les hussards pour sortir de l’angle de tir de la batterie de 12 lv. Ma division d’infanterie entre et fait double mouvement ce qui l’amène à la hauteur de l’artillerie à cheval. En face d’elle rentre la deuxième division d’infanterie polonaise qui avance moins vite, gêné par les hussards. Les deux divisions sont en Engager.

Sur la colline la batterie de 12lv se réoriente à la bricole et met une perte aux hussards qui tiennent au moral, l’autre batterie soutenue par une ligne s’avance un peu et dételle et tire les à longue distance les chevaux légers, de la fumée mais pas de perte.

Tour 3

Les chevaux légers de l’avant-garde se dirige vers Piekto car en face d’eux s‘approche la Légion de la Vistule, précédé de voltigeurs ! Mes cavaliers prennent un attrition au feu d’artillerie.

L’infanterie de l’avant-garde progresse sur la droite de Zgon et dans le bois, puis se déploie en ligne, les chasseurs restent devant Zgon sans y rentrer car je veux rester toujours en ordre de Manoeuvre mais me donner la possibilité de passer gratuitement en Tenir.

Je rentre la cavalerie en Attaquer qui flanque la 1ère division d’infanterie, la 2ème division d’infanterie suit en Engager. En face de ma cavalerie Hugo rentre la sienne, mais en Manœuvre. Il me prépare une fourberie que cela ne m’étonnerai pas…

Effectivement, il forme le carré avec la ligne qui tient l’aile tandis que le reste avance et que mes hussards encaisse une autre perte mais tienne toujours au moral.

Hugo monte sur une chaise au mépris des lois élémentaires de la physique pour prendre une vue aérienne de la situation avant que les choses sérieuses ne commencent …

Tour 4

Hugo recule sa cavalerie en manœuvre et essaye d’interposer le carré en l’amenant à distance de charge de mon premier régiment de hussards hongrois. Je suis obligé pour éviter la charge de faire passer devant les hussards insurgés, qui auront l’honneur de combattre les lanciers polonais !

Mes deux divisions d’infanterie progresse et mes canons se font entendre pour la première fois, sans effet.

Depuis la colline le feu des canons de bataillons décime les hussards qui tiennent toujours bon malgré trois pertes ! Les batteries se concentrent sur l’infanterie qui progressent. La aussi, des pertes mais pas de panique dans les rangs.

La Vistule avance en colonne, sans manifester d’inquiétude sur la présence des chevaux légers …

Les chasseurs de l’avant-garde s’empare de Zgon pendant que les Grenzers et les volontaires sortent du bois et marche vers le carrefour, suivis par les conscrits.

Mon infanterie s’avance, la deuxième division se glissant, difficilement, entre l’avant garde et la 1ère division. Ah ces satanés bataillons grande taille, même en colonne c’est maniable comme un 33 tonnes dans les ruelles d’Ajaccio ! Ma 1ère division marche sur les polonais et se prend un méchant tir de flanc de la batterie de 12 lv, mais tient bon.

Tour 5

Hugo passe sa cavalerie en attaque, mais trop tardivement pour la charge. Ses lanciers repoussent les hussards insurgés mais sont battus par les hussards hongrois qui poursuive sur le carré, en vain. Mon deuxième régiment de hussards hongrois repousse les deux chasseurs a cheval polonais, le premier fuyant hors de table.

Je commence a engager la Vistule au canon, histoire de les attendrir …

Sur le reste du front de tire de partout, enfin surtout du côté polonais, canon de bataillon et bonus de hauteur de la colline aidant …

Je commence à accumuler les pertes mais réussit toujours mes tests de moral, sauf la ligne prise de flanc le tour dernier qui se replie derrière les conscrits avec pas moins de 4 pertes !

A mon grand désappointement n’étant pas en ordre de d‘attaque je ne peut pas charger le carré ! Et je ne gagne même pas l’échange de feu ! Saleté de FT0. Je ne peux pas rallier le hussard le plus proche de l’ennemi. De toute façon je n’ai les PC que pour rallier une seule cavalerie impétueuse…

Tour 6

Je passe la division d’avant-garde en engager pour soutenir l’assaut sur le carrefour et la colline. Hugo a la même idée avec sa division sur la colline qui passe en attaque. Pour nous deux l’ordre s’applique immédiatement.

Mes chevaux légers chargent la première colonne de la Vistule qui forme le carré et les repousse, Au moins je gagne un tour de mouvement et Hugo n’aura pas le temps de lancer l’assaut sur le village. Pour une attrition je sécurise 5 PV et j’avais une chance sur 6 de leur tomber dessus en désordre …

Les chasseurs sortent donc du village en ligne pour couvrir l’artillerie à cheval qui arrive à faire tester le premier bataillon de la Vistule qui rate son test de moral et se replie. Un Grenzer passe en tirailleur et appuie le feu de l’autre bataillon qui bataillon engage au feu une colonne de la légion de la Vistule, elle rate elle aussi son test et se replie en désordre. Sale tour pour la Vistule !

Au centre j’arrive le premier au carrefour et Hugo forme en colonne la moitié de la division sur la colline. Les deux divisions d’infanterie se foudroient de feu de ligne mais sur l’aile je n’arrive toujours pas à rompre au feu ce fichu carré alors que la cavalerie polonaise, désormais reformée, revient a l’assaut.

Tour 7

Le carré craque enfin au moral, mais trop tard, la cavalerie polonaise est arrivée a temps pour couvrir son aile et du coup Hugo retourne une partie de son infanterie avec la batterie pour canonner le centre où ma 2ème division repousse l’assaut des colonnes polonaises.

Au centre de chaque côté un bataillon de ligne se replie en désordre mais sans que l’adversaire ait les réserves pour exploiter le trou.

Sur l’autre aile, la légion de la Vistule se reforme comme elle peut en encaissant des pertes sous le feu de ma batterie et de mes tirailleurs.

Conclusion

3 objectifs chacun mais j’ai pris plus de pertes que Hugo qui obtient ainsi la victoire marginale, de peu. Je confirme la difficulté à jouer autrichien et à tirer pleinement profit du coût des grands bataillons. Sans parler de la difficulté de les manœuvrer. Ensuite le combat de rencontre n’est vraiment pas favorable a une armée qui doit a mon sens chercher à user l’adversaire. Au 7ème tour Hugo n’avait plus grand-chose d’opérationnel alors que mes nombreux conscrits étaient frais ! J’essaierai la prochaine fois une version en remplaçant les hussards hongrois par des cuirs ! Eux au moins ils ne sont pas impétueux !