Manifestation 2022

Après une longue période d’absence du fait de la pandémie, la Compagnie Arverne revient sur le devant de la scène (sauf imprévu ^^)
 
La manifestation annuelle de la Compagnie Arverne aura lieu les 19 et 20 mars 2022 au sein de l’Espace Simone Veil, aussi connue comme la salle municipale du Carefour Europe de Chamalières : y seront organisées trois batailles historiques en Premier Empire (Eckmül, Ligny et la Bérézina), ainsi qu’une bataille fictive de la campagne de 1813 en Bataille Empire (dont voici ci-dessous la présentation) organisée par François ( réservations sur francois.traulle[at]gmail.com )
 
Suivront dès que possible les éléments pour les batailles historiques qui nous seront bientôt fournie par Jean-Marc (réservations sur jmmax63[at]orange.fr )
 
Bataille fictive de la campagne de 1813
 

Manoeuvres

 
Septembre 1813
Apres la victoire de Dresdre, au soir du 27 août, Napoléon ne tombe pas malade, évitant ainsi les funestes décisions de ses maréchaux et les défaites de Kulm et de Dennewitz.
Au lieu de cela il se replie sur Magdeburg pour obliger les alliés à reprendre l’offensive et lui donner l’opportunité d’une bataille décisive en utilisant l’Elbe comme barrière pour séparer les armées ennemies, ces dernières étant trop importantes pour l’attaquer depuis une seule rive. Il laisse toutefois Murat et ses Napolitains, renforcé du XIème corps de Mac Donald à Weymar pour menacer Leipzig et s’assurer que la Bavière ne bascule dans la coalition.
 
L’armée du Nord sous le commandement de Von Bülow marche sur Magdeburg par la rive droite de l’Elbe, depuis Wittenberg tandis que l’armée du Sud commandé par Schwarzenberg avance par la rive gauche depuis Leipzig, laissant 50.000 hommes en garnison dans la ville.
 
Le VIIème corps de Reynier, à la fiabilité douteuse car composé de saxons, est chargé de tenir Magdeburg que Napoléon quitte le 2 septembre au matin dès qu’il apprend le départ des alliés. Au sud de Magdebourg le fleuve ne peut être franchi qu’au pont de Barby où Napoléon laisse le VIème corps de Gouvion St Cyr, puis il marche sur Kalbe d’où il espère tomber sur le flanc de l’armée du Sud qui a quitté Leipzig trois jours plus tôt. S’il la bat et prend Halle, il la coupe de tout repli et il raffermi du même coup la loyauté de ses alliés allemands. Il pourra alors se retourner contre les prussiens.
 
Hélas, un officier saxon a déserté et porte à von Bülow le plan de bataille français. Alors que l’Empereur le croit en route vers Magdeburg via Zerbst, l’armée du Nord fait marche arrière pour franchir l’Elbe à Dessau. Désormais, ce n’est plus l’Elbe mais la Saale, beaucoup plus simple à franchir, qui sépare l’armée impériale de l’armée du Nord. En agissant ainsi Von Bülow prend un grand risque car les chemins qu’il emprunte à partir de Dessau sont médiocres, ralentissent son avance et, en cas de défaite, ne permettront pas de se replier dans de bonnes conditions.
 
L’Empereur à regroupé à Kalbe 300 canons, 15.000 cavaliers, 90.0000 fantassins, et, apprenant l’arrivée de von Bülow, rappelle le corps de Gouvion St Cyr, fort de 40.000 hommes et 100 canons. Les alliés alignent 500 canons, 20.000 cavaliers et 160.000 fantassins, mais les armées alliées sont toutefois séparées par la Saale et loin d’avoir fini chacune son regroupement au matin du 4 septembre. Et l’idée de se retrouver seul face à Napoléon inquiète autant von Bülow que Schwartzenberg !
 
Les deux jours qui viennent peuvent changer l’Histoire…